« VISITE DE L’AQUARIUM OCEANIQUE DE VALENCE »       
Compte-rendu de la réunion du 09/12/2008.
 
PRESENTEE PAR LE PRISTELLA.

 
 
L’AQUARIUM DE VALENCE. (Espagne)
 
 Réalisation : DEMOUSTIER W.
L’entrée de l’Aquarium de Valence ressemble à une baleine avec la gueule ouverte.
C’est un immense complexe architectural comportant 9 tours.
Grand espace marin de 42.000 litres d’eau + un jardin de promenade avec vue sur le futur.
Nous traversons un tunnel de 70 mètres de long et nous découvrons des poissons du genre :
ABUDEFDUF saxatilis ou coelestinus appelé également « sergent-major à queue en ciseaux ». Taille : jusqu’à 16 cm.
Ils se nourrissent d’algues et de plancton et de petits crustacés vivants.
Le jour ils voyagent en bancs et nagent en eau libre mais la nuit venue ils se reposent dans des cachettes.
Ils ne se montrent pas ou peu agressif envers leurs congénères et ils sont tolérants envers les autres poissons.
Ils ne conviennent pas pour un aquarium d’invertébrés.
Ces poissons proviennent de la Mer Rouge et de l’Océan Indo-Pacifique.
 
ANISOTREMUS virginicus appelé   également « poisson-porc ». Taille : jusqu’à 30 cm.
Ils vivent en bandes ou en solitaire. Ils sont tolérants à l’égard des autres poissons.
Ils se nourrissent d’animaux benthiques tels que les ophiures, limaces, vers et crustacés.
Ils ne conviennent pas pour un aquarium d’invertébrés.
La livrée des jeunes poissons est différente de celle des adultes.
Aire de distribution : Océan Atlantique tropical Occidental et Mer des Caraïbes.
 
PARACANTHURUS hépatus appelé également « chirurgien bleu ». Taille : jusqu’à 18 cm.
Ils vivent en très grands bancs (centaines d’individus) sur les récifs.
Ils se nourrissent surtout d’algues et de nourriture d’origine animale.
Cette espèce est sensible aux infections de la peau.
C’est un poisson paisible, il supporte bien le voisinage d’autres poissons.
A l’âge adulte, ils deviennent agressifs envers leurs congénères.
Il est originaire de l’Océan Indien et de l’Océan Pacifique.
Nous avons vu ensuite un plongeur occupé à nourrir les raies.
 
UROLOPHUS jamaicensis appelé « trygon de la Jamaïque ». Appartient à la famille des Urolophidés. Il vit dans la mer des Caraïbes.
Il se distingue par une nageoire caudale extrêmement longue. Son dos porte une splendide livrée de zébrures et pois vert foncé, semée de taches blanches, jaunes ou dorées sur un fond noir. La variété de ses couleurs est infinie.
Il vit essentiellement dans la vase et le sable et il se nourrit de vers, de coquillages et de petits poissons.
Il est pourvu de glandes venimeuses à la base de l’épine caudale, avec lesquelles il peut infliger de sévères blessures.
 
MYLIOBATIS aquila appelé également « aigle des mers » de la famille des Mobulidés.
Se rencontre en Méditerranée et dans l’est de l’Atlantique, du nord au sud de la Norvège, ainsi que dans l’Océan Indien, le long des côtes de l’Afrique du Sud.
Ils vivent dans les mers tropicales et sont particulièrement nombreux sur les côtes de l’Amérique tropicale.
Sa nage est très impressionnante et extrêmement rapide. Quelquefois, il saute à la surface de l’eau.
Nous avons vu ensuite un plongeur occupé à nourrir les raies.
 
UROLOPHUS jamaicensis appelé « trygon de la Jamaïque ». Appartient à la famille des Urolophidés. Il vit dans la mer des Caraïbes.
Il se distingue par une nageoire caudale extrêmement longue. Son dos porte une splendide livrée de zébrures et pois vert foncé, semée de taches blanches, jaunes ou dorées sur un fond noir. La variété de ses couleurs est infinie.
Il vit essentiellement dans la vase et le sable et il se nourrit de vers, de coquillages et de petits poissons.
Il est pourvu de glandes venimeuses à la base de l’épine caudale, avec lesquelles il peut infliger de sévères blessures.
 
MYLIOBATIS aquila appelé également « aigle des mers » de la famille des Mobulidés.
Se rencontre en Méditerranée et dans l’est de l’Atlantique, du nord au sud de la Norvège, ainsi que dans l’Océan Indien, le long des côtes de l’Afrique du Sud.
Ils vivent dans les mers tropicales et sont particulièrement nombreux sur les côtes de l’Amérique tropicale.
Sa nage est très impressionnante et extrêmement rapide. Quelquefois, il saute à la surface de l’eau.
  
L’Aigle des mers a des mâchoires puissantes pourvues de dents plates et massives avec lesquelles, il peut broyer de gros et lourds coquillages.
Il est un fléau pour les pêcheurs de coquillages et de crustacés.
 
Nous avons observé des araignées de mer, des crabes, des étoiles de mer, des coraux, des polypes, des vers panachés, des caulerpas, des ophiures, des gorgones, des langoustes, des méduses etc…
 
Des requins zébrés : STEGOSTOMA fasciatum. Ils vivent dans la région indo-australienne.
Lorsqu’ils sont jeunes, ils portent des rayures de couleurs vives, mais qui ont tendance à disparaître avec les années jusqu’à ce qu’il prenne un aspect moucheté ou qu’il devienne même entièrement uni.
Certains membres du genre « Stegostoma » ressemblent par la taille et la forme au Chien de mer européen.
 
Des murènes : LYCODONTIS anatinus ou « murène marbrée ». Taille : jusqu’à 1m20.
Elle vit en compagnie d’autres murènes et des poissons balistes.
On les rencontre parmi les côtes rocheuses. Aire de distribution : Océan Atlantique tropical et subtropical, surtout autour des îles Canaries.
Elle se nourrit de petits poissons vivants.
 
ECHIDNA catenata ou « murène à chaînons ». Taille : jusqu’à 70 cm.
Elle vit dans les eaux peu profondes le long des côtes rocheuses et sur les récifs coralliens.
Elle se nourrit principalement de crabes, crevettes et de petits poissons.
Adulte, elle devient dangereuse pour les autres poissons.
Aire de distribution : Mers des Caraïbes, Océan Atlantique tropical.
 
Ensuite, on peut admirer un immense aquarium panoramique contenant des poissons tels que :
POMACANTHUS paru appelé également « poisson-ange ». Taille : jusqu’à 40 cm.
Ils vivent par couples et ils sont territoriaux.
Ils se nourrissent d’invertébrés, de petits crustacés, de vers, de chair de moules, de mysis, de daphnies, d’artémias, de cyclops, de tubifex, et d’algues.
Adultes, ils mangent des éponges et des algues, des petites anémones (zoanthères), des ascidies et des zostères.
Ils sont sollicités par les poissons-nettoyeurs (labroïdes) qui viennent les déparasiter.
Aire de distribution : Océan Atlantique tropical Occidental, Mer des Caraïbes.
 
HOLACANTHUS ciliaris ou « poisson-ange Royal ». Taille : jusqu’à 45 cm.
Il vit en solitaire ou par couples et il est territorial même lorsqu’il est juvénile.
Sa nourriture principale : éponges, algues, crustacés, ascidies, mysis, tubifex, daphnies, artémias, morceaux de laitue.
Les jeunes pratiquent parfois le déparasitage d’autres poissons.
Il est agressif vis à vis de ses congénères et avec les autres Chaetodontidés en général.
Il est sensible à la composition physico-chimique de l’eau.
Aire de distribution : partie occidentale de l’Océan Atlantique tropical, Mer des Caraïbes.
 
ADIORYX cornutus appelé « écureuil de mer rayé ». Taille : jusqu’à 14 cm.
Il se nourrit sans réticence de toutes sortes de proies vivantes. C’est un poisson qui se cache beaucoup. C’est un poisson agressif sauf vis à vis des petits poissons dont il se nourrit.
Aire de distribution : Océan Indo-Pacifique.
 
ZEBRASOMA flavescens appelé « chirurgien jaune ». Taille : jusqu’à 18 cm.
Il se nourrit d’algues et d’invertébrés. Il nage en petits bancs.
Ils sont très territoriaux parfois agressifs envers les autres poissons.
Cette agressivité se limite heureusement en général à chasser les intrus hors du territoire.
Aire de distribution : nord de l’Océan Indien tropical, surtout aux environs des îles Hawaï.
 
LO VULPINUS appelé également « tête de renard ». Taille : jusqu’à 25 cm.
Il vit en bancs parfois en solitaire.
Il se nourrit d’algues de préférence de petites espèces épiphytes qui croissent sur les pierres ou les coraux, de diverses proies animales mortes ou vivantes, surtout des crustacés.
Il est tolérant vis à vis des autres poissons.
Aire de distribution : Archipel Indo-Australien, Océan Pacifique.
 
CHAETODON collare appelé «  poisson-papillon à collier ». Taille : jusqu’à 17 cm.
Il vit généralement en bancs. Il aime brouter les algues.
Il se nourrit de petits crustacés et autres invertébrés.
A ne pas introduire dans un bac d’invertébrés car il s’attaque aux vers tubicoles et aux petites anémones.
Aire de distribution : Océan Indo-Pacifique.
 
DASCYLLUS trimaculatus appelé « demoiselle à trois taches ». Taille : jusqu’à 14 cm.
On la rencontre dans les récifs coralliens, les lagunes et fonds de sable à coraux épars.
Elle vit en bancs, en formation madréporique isolée dans laquelle elles se réfugient en cas de danger.
Ils sont parfois commensaux de grandes anémones des genres : Stoichactis et Radianthus.
En cas de danger, elles se réfugient parmi les tentacules ou en dessous de la couronne de tentacules ou contre le pied de l’anémone.
Les mâles sont fortement territoriaux et chassent les autres mâles de leur territoire en émettant des sortes de grognements.
Aire de distribution : Mer Rouge, Océan Indo-Pacifique.
 
GLYPHIDODONTOPS cyaneus appelé « demoiselle bleue ». Taille : jusqu’à 8 cm.
Elle vit en solitaire ou en petits groupes.
Elle se nourrit de plancton et d’algues, des petites proies animales vivantes ou mortes.
Elle est agressive envers ses congénères et même envers les autres demoiselles de mer.
Elle ne convient pas pour un aquarium d’invertébrés car elle endommage les vers tubicoles.
Aire de distribution : Archipel Indo-Australien, Iles Philippines et aux Alentours des îles de la région centrale et méridionale de l’Océan Pacifique.
 
HENIOCHUS acuminatus ou « hénioche commun ». Taille : jusqu’à 20 cm.
Il recherche les fonds couverts d’algues. Il vit en groupes.
Il se nourrit de diverses espèces d’invertébrés vivants parmi les algues.
Il est tolérant vis à vis des autres espèces.
Il se nourrit de petits morceaux de laitue, d’épinards.
Il ne convient pas pour un bac d’invertébrés car il se nourrit de vers tubicoles, d’éponges, des tentacules d’anémones, de polypes coralliens et de gorgones.
Parfois, ils s’attaquent à d’autres poissons dont la livrée comporte de petites ponctuations ou de taches noires.
Ils tentent en effet de manger ces taches et peuvent ainsi occasionner des blessures sérieuses.
Aire de distribution : Mer Rouge (Golfe d’Aqaba), Océan Indo-Pacifique.
 
ACANTHURUS linéatus ou « chirurgien rayé ». Taille : jusqu’à 20 cm.
Il vit en groupes de plus ou moins grande importance.
Il se nourrit principalement d’algues et des animalcules qui s’y trouvent.
Il est très agressif vis à vis de ses congénères et A. sohal originaire de la Mer Rouge.
Aire de distribution : Océan Indien et Pacifique.
 
ZANCLUS cornutus ou «  porte-enseigne cornu ». Taille : 20 cm.
Il vit en bancs.
Il se nourrit d’algues épiphytes et d’éponges, de la chair de moules mélangée avec de la farine d’algue ou de la nourriture végétale sèche que l’on étale sur une pierre placée verticalement dans l’eau lorsque le mélange est séché.
Il s’attaque aux vers tubicoles et aux petits polypes.
Il se caractérise par la présence d’une épine aux coins de la bouche.
Adultes, ils ne possèdent plus ces épines mais en ont par contre entre les yeux.
Ils sont adorés par la population autochtone : lorsqu’un pêcheur en trouve un dans ses filets, il le remet doucement dans l’eau tout en faisant des révérences.
Aire de distribution : Océan Indo-Pacifique.
 
CHAETODON éphippium ou « chétodon à selle ». Taille : 30 cm.
Il vit en couples.
Il se nourrit de polypes coralliens, de mysis et autres petits crustacés.
La nageoire dorsale se prolonge vers l’arrière par un long filament jaune.
Aire de distribution : Océan Pacifique, surtout aux alentours des Iles Philippines et de l’Archipel Indo-Australien.
 
BODIANUS mesothorax ou « cossyphe amiral ». Taille : jusqu’à 20 cm.
Il vit en solitaire.
Il se nourrit de petits crustacés vivants, de proies animales vivantes ou mortes.
Il se montre agressif envers ses congénères mais tolère les autres poissons.
Aire de distribution : Archipel Indo-Australien jusqu’aux Philippines et dans les eaux côtières chinoises.
 
NASO lituratus ou « nasique à éperons oranges ». Taille : jusqu’à 50 cm.
Ce poisson mène une vie solitaire par couple.
Il se nourrit d’algues.
C’est une espèce paisible qui supporte mal toute concurrence alimentaire.
Aire de distribution : Mer Rouge, Océan Indo-Pacifique.
On traverse un tunnel en verre et on aperçoit des anémones de mer jaune, des Bernard-l’ermite en compagnie de blennies et de grondins.
   
 ASPIDONTUS taeniatus ou « faux nettoyeur ». Taille : jusqu’à 12 cm.
 Il imite le poisson nettoyeur « Labroïdes dimidiatus » en ce qui concerne la couleur, la livrée et la façon de nager mais au lieu de les nettoyer, il leur arrache un lambeau de peau, de muqueuse ou d’écailles.
Il se repose dans des crevasses étroites du récif, dans des coquillages vides ou des tubes vides de vers tubicoles.
Il se nourrit de petits crustacés.
Aire de distribution : Océan Indien et Pacifique et la Mer Rouge.
ECSENIUS frontalis ou « blennie ». Taille : jusqu’à 9 cm.
Il défend son territoire contre les congénères et les espèces du même genre, il ne peut être maintenu avec des congénères ou des espèces apparentées.
Il se nourrit d’algues, parfois des panaches branchiaux des vers annélidés.
Il habite de préférence les tubes vides de vers tubicoles ou autres crevasses tubulaires.
Sous l’effet de la peur, la livrée du corps change de couleur.
Aire de distribution : Mer Rouge.
 
MEIACANTHUS mossambicus ou « méiacanthe africain ». Taille : jusqu’à 9 cm.
Il est agressif uniquement envers ses congénères.
Il peut être maintenu dans un aquarium d’invertébrés.
Il accepte toute nourriture de nature animale.
Il aime disposer de bonnes cachettes.
Aire de distribution : côtes Est africaines depuis le Mozambique jusqu’aux Seychelles.
 
DACTYLOPTENA macracanthus ou « grondin volant brun ». Taille : jusqu’à 20 cm.
Ils vivent sur les fonds sableux où ils se meuvent en s’appuyant sur leurs nageoires ventrales et en fouillant le sable de leurs nageoires pectorales (rayons courts) à la recherche de nourriture.
Celle-ci se compose de crabes et de crevettes, des vers, de mollusques et des petits poissons benthiques, des tubifex et des petits vers de terre, de morceaux de moules et de poisson.
Ils ne sont pas agressifs envers leurs congénères ou envers les autres poissons.
Ces poissons sont parfois capturés et mangés par les grandes anémones de mer.
Aire de distribution : depuis l’Archipel Indo-Australien jusqu’aux Iles Philippines.
 
Ensuite, nous avons vu un aquarium panoramique avec une épave de barque et un dôme en forme de volière en bois.
 
Nous avons vu des poissons curieux tels que :
MOLA mola ou « mole commune ». Taille : 2,5 m de long et plus de 2 m de haut.
Elle pèse près d’une tonne, et se nourrit de zooplancton et de petits poissons.
Elle nage souvent près de la surface de l’eau de sorte que sa grande nageoire dorsale sort hors de l'eau.
Parfois, elle se couche sur le côté et se laisse porter par les vagues.
Ils sont pourvus de puissantes épines qui les protègent des prédateurs, mais celles-ci disparaissent quand ils deviennent adultes.
Aire de distribution : Mers tropicales et subtropicales, occasionnellement sur les côtes tempérées.

 
TRIODON bursarius
Aire de distribution : originaire de l’Archipel Indomalais.
Il a la faculté de grossir démesurément en remplissant son gosier d’eau.
Les Triodontidés sont caractérisés par un long museau conique.
Il se distingue par l’énorme fanon de peau qu’il porte sous le ventre.
Il possède des dents coupantes typiques des tétraodondiformes et n’a ni pelviennes ni dorsale épineuse.
Son corps est couvert de petites plaques épineuses.
 
Nous passons ensuite dans la zone humide. On y rencontre des lamantins, des tortues, des ibis, différents poissons.
La vie en Antarctique avec ses manchots, ses phoques.
 
Ensuite distribution de nourriture aux dauphins suivie d’un spectacle, recul à l’aide de grand coup de queue, jeux de balle, saut à travers un cerceau, saut par-dessus une corde, ventre en l’air saluant le public à l’aide de leurs nageoires pectorales, saut en hauteur pour attraper les poissons, pirouette en l’air et rigolant sous les applaudissements du public. 
Ensuite, les dauphins valsent, tournent en rond tout en supportant le dresseur sur le dos.
Et pour terminer, saluer le public par un « au revoir » à l’aide des nageoires pectorales ou de la caudale
 
Photos en provenance des sites Internet suivant :
 
 
Texte écrit par Madame Descamps Marie-France.

 

 

 


Ce site n'utilise pas de cookies spécifiques, mais un code google analytics est présent dans chacune de ses pages.
Accepter