Lilian Moissonnier est né à Grenoble. Il est le fils d’un aquariophile passionné, il a toujours vu un aquarium à la maison... Tout naturellement, il s'est par la suite tourné vers tout ce qui a trait à l’eau et s’est lancé dans des études prolongées d’aquaculture.
Après plusieurs années d’expérience dans des entreprises commerciales aquariophiles, il a atterri pour notre plus grande chance dans le Pas de Calais, c’est-à-dire, tout près de notre Wallonie Picarde. Bienvenue chez les Ch’tis !
Il est évidemment membre du comité du club local : le Cercle Aquariophile et Terrariophile Flandres Artois. Il fait partie de diverses associations françaises réputées et écrit dans diverses revues spécialisées.
La vie de tous les jours de Lilian se déroule au milieu des 2000 aquariums d’une ferme aquatique : réception des colis, mise en place en aquarium, acclimatation, déparasitage, nourrissage,
traitements vétérinaires, etc… constituent son pain quotidien et c’est le fruit de cette immense expérience qu’il va nous transmettre dans sa conférence.
-          Définition de l’intitulé
-          Présentation de la société
-          Déroulement du poisson
Qu’est ce qu’un soigneur de poissons ?
C’est une personne qui passe son temps dans un bâtiment couvert avec une grande étendue d’eau et qui veille sur le comportement des poissons.
Ce bâtiment comprend exclusivement des poissons d’eau chaude et des poissons d’eau froide.
Cela fait 17 années que je déambule sans arrêt parmi ces 120 aquariums. Année par année j’interviens dès qu’il y a un problème.
La ferme aquatique :
Notre bâtiment est installé sur le marché depuis 1967. D’abord en Belgique, ensuite à Paris et enfin dans le Pas de Calais.
Acclimatation des poissons :
Le bâtiment comprend : 2000 m2 d’eau froide et plus de 1500 m2 d’eau chaude.
Le personnel comprend : plus de 20 personnes salariées, 6 personnes pour les commandes, 3 chauffeurs et en plus le personnel administratif.
Plus de 2500 références : (chaques variétés de couleurs).
Une clientèle dans toute la France et la Belgique ainsi qu’en région parisienne.
De par son chiffre d’affaire c’est une des cinq plus grosses stations d’acclimatation en France.
Déroulement du passage d’un poisson au sein de l’entreprise :
-          Entrée au sein de la structure d’acclimatation
-          Déballage et acclimatation
-          Démarque et traitement
-          Nourrissage et tentative de démarrage                                de 24 h à 30 jours
-          Emballage et conditionnement
-          Expédition et sortie du poisson de la structure d’acclimatation
En amont de l’entreprise : poissons de collecte en milieu naturel de 5 à 10 % du volume des espèces d’eau douce présente sur le marché.
Essentiellement du Paracheirodon axelrodi, c’est l’élevage chez nous de la très grosse majorité du volume écoulé sur le marché.
Prédominance des pays d’Asie du Sud-est, d’Allemagne, de Belgique, de Singapour, d’Indonésie, de Malaisie, de Chine, d’Amazonie, d’Afrique de l’Ouest.
Une grosse société Agro-alimentaire est à la tête de tout cela.
Arrivée des poissons à l’aéroport Charles de Gaulle.
Déballage et acclimatation :
Un sac contenant 150 guppys mâles, un autre contenant 170 néons.
Les poissons sont anesthésiés et ils reposent sur le fond du sac.
La température est de 35°C là bas, chez nous la température est moindre.
Les étagères sont divisées en trois étages : niveau du bas, niveau du milieu, niveau du haut.
Dans chacun des niveaux, trois températures différentes en fonction des espèces.
Pour les poissons d’eau saumâtre et les vivipares d’élevage, l’eau comprend un taux de salinité de 3 Gr par litre.
Un système de chasse d’eau pour le renouvellement des eaux et la remise à niveau.
Mathieu équilibre le pH entre l’eau du sac et l’eau de l’aquarium, il ajoute de l’acide chlorhydrique en petite quantité pour faire chuter le pH.
Parfois les poissons passent d’une eau à une autre sans stresser.
Le poisson s’adapte assez facilement, il peut encaisser, il peut passer d’un pH de 9 à 6° en y allant progressivement.
Système de gouttes à gouttes 1,2,3 dans les sacs.
1° - La durée du transport est de 20 à 48 heures ou plus dans les meilleures conditions.
2° - La densité des poissons dans les sacs, les urines, les excréments, si ceux-ci sont trop
       importants le pH baisse.
3° - Les interventions sur la qualité de l’eau : la température.
                                                                                       le pH.
4° - La qualité du lâcher dans l’aquarium de destination.
Stabulation :
-          Aquarium de volume variable de 180 L à 400 Litres.
-          Amplitude thermique allant de 21 à 30°C.
Dans ce grand bâtiment se trouvent 1200 aquariums alimentés en température par un système de circulation d’eau chaude. En bas 21°C et en haut 30°C.
La qualité physico-chimique de l’eau varie si le pH est élevé (8,5), le GH est assez haut (25°).
Ramener l’eau à la normale : pH neutre et dureté moyenne.
Sauf exception pour les discus (eau plus acide).
-          Filtration par exhausteur sur un support en mousse bleue et une chambre de préfiltration.
-          Complément en eau automatique.
-          Entretien quotidien.
-          Etiquettes de couleurs différentes : jaunes : autre lot ailleurs.
         rouges : malades, pas commerciale etc…
Démarque :
Lorsque les poissons sont bloqués à l’aéroport et que ceux-ci sont morts, on ne les paie pas.
Ils sont remboursés par l’expéditeur.
Parfois c’est une véritable hécatombe, heureusement çà n’arrive pas souvent.
Les barbus sont souvent causes de problèmes, on rajoute de la nouvelle eau et on agite le sac énergiquement pour oxygéner l’eau le plus possible.
1ère    chose : chercher les morts.
2ème   le comportement
3ème   le besoin en oxygène
Veiller à ce que le filtre de l’aquarium fonctionne correctement.
Pathologie et diagnostic :
Réagir le plus rapidement possible. Points blancs ? Stress ?
Chez le voile de chine, il faut plus ou moins une semaine pour récupérer le poisson.
L’Oodinium ressemble très fort aux points blancs, mais il est plus difficile à soigner, il occasionne beaucoup plus de perte, il faut élever la température également.
On pratique des prélèvements d’écailles, de branchies, de queue, de nageoires.
Prélèvements de mucus dans certains cas, pour pouvoir orienter le traitement adéquat.
Parfois développement sanguinolent chez le ramirezi, parfois des parasites sur le corps du poisson, parfois des nécroses etc…
Parfois des vers ancres sur les branchies, souvent chez les poissons venant du Pérou.
Les parasites :
-          L’Argulus ou poux du poisson.
-          Les vers branchiaux.
-          Les protozoaires, ciliés en forme de croissants tournent sur lui-même, ne se déplacent pas.
-          Les champignons se traitent assez facilement.
-          Les bactéries : utiliser les antibiotiques.
-          Les virus KHV des Koïs : maladies transmissibles et dangereuses pour l’homme.
N’accepter que des poissons certifiés indemnes.
Et d’autres virus classiques en aquariophilie…
Après l’acclimatation, le traitement :
Mortalité : inférieur à 3 % - 5 à 6 % maximum.
- Réception : pathologie type que l’on rencontre.
- Traitement préventif à la réception.
- Maladie habituelle chez l’espèce.
- Traitement curatif.
- Guérison / mortalité.
Traitements :
Formol, Vert de malachite, Bleu de méthylène, Permanganate de potassium,
Mercurochrome, Sulfate de cuivre, Acriflavine, Métronidazol, Bactrim, Erythromycine, Chloramphénicol, Auréomycine,Tétracycline, Terramycine, Nitrofuran, Rivanol, Sulfamides, Trichlorphon, Volon-A, Peroxyde d’Hydrogène, Concurat, Lindane, MS222, etc…
Attention ! ! ! Les poissons malades arrêtent de manger, donc il est préférable de ne pas les nourrir, sinon l’eau se pollue et le poisson meurt. Il est préférable d’abord de le soigner et ensuite lorsque son état de santé s’améliore, on peut commencer à le nourrir avec parcimonie.
   
   
On achète nos produits en pharmacie, jamais les produits du commerce.
 
Nous congelons nos poissons morts et nous faisons venir le clos de carissages.
Lors des changements d’eau acide en eau moins acide, nous n’introduisons jamais l’eau du transport dans l’aquarium sinon problèmes de transformations de l'ammonium en ammoniac.
Nous changeons le moins possible les poissons de place pour ne pas les stresser.
Nous avons des canalisations au sol et nous changeons l’eau manuellement.
Les risques :
Il est préférable d’employer des gants en caoutchouc.
Le bleu de méthylène et le FMC rend stérile et il y a risque de cancer.
L’Acriflavine teinte l’eau en jaune durant 6 mois et tâche les mains en jaune.
Tous ces produits sont très toxiques, il est préférable d’employer des masques, des gants, des tabliers pour nous protéger.
Le nouveau guide des maladies des poissons de Gérard Bassler est sorti, il pourra vous donner des renseignements complémentaires.
Nourrissage :
Nous distribuons des granulés belges, des nourritures sèches à base de poissons.                Des nourritures vivantes comme les tubifex pour rebouster les poissons maigres, des vers de vase, des artémias etc…
C’est hyper important pour les Guppys, les néons, les Characidés.
Pour les farlowela, nous distribuons des pommes de terre crues en rondelles, des courgettes, de la laitue crue, des concombres.
Mais SANS EXCES sinon risque de montée de NITRITES d’où mortalité des poissons.
Emballage et conditionnement :
Tout est informatisé.
Pour le transport, l’eau des sacs est à 25° C de température et on ajoute un produit qui bloque les ammoniacs pour éviter la mortalité des poissons.
Ces sacs sont ensuite déposés dans des bacs en frigolite chauffés et recouverts de papier journal.
Inconvénients :
-          Les arrivages de nuit, on doit être sur place à 2 heures du matin.
-          Voir mourir un grand nombre d’animaux.
-          Hobby non écologique, pas très écologique non plus (les poissons colorés).
-          L’importation d’espèces invasives ou potentiellement dangereuses.
-          Têtard de grenouille taureau Mata mata, adulte elle pèse 3 kg, aussi grosse qu’un poulet.
-          Le rejet de l’eau des crevettes Red Cherry.
-          Les mouches zébrées, les anodontes.
-          Importation voulue ou accidentelle.
-          Devoir s’asseoir sur son éthique ou du moins faire des concessions.
-          Tarissement de la passion à la longue.
Chez moi, je n’ai plus qu’un aquarium de 30 litres (pathétique).
Avantage :
-          Prendre des risques et vendre des poissons de qualité.
-          Surprise dans les arrivages : Altum, discus sauvage, ramirezi bleu, poissons chat de Colombie, Danio marginatus, Danio kyathit, gastromyson, Barbus hulstaerti, Oreichthys crenuchoïdes,  tétraodon, scalaire sauvage du Pérou etc…
-          Poissons parfois arrivés chez nous par surprise.
 
 
 
Texte écrit par Madame Descamps Marie-France.
 Secrétaire au Club « Le Pristella » de Châtelet.
 
Version pdf

 


Ce site n'utilise pas de cookies spécifiques, mais un code google analytics est présent dans chacune de ses pages.
Accepter