Texte et photos par Viktor SCHAAR

Depuis déjà un bon moment je trouvais que mes plantes ne poussaient plus comme auparavant. Après bien des recherches, analyses d’eau, changement des tubes, essai d’amélioration de la rampe d’éclairage avec apport de réflecteurs de toutes formes et de tous genres, je me suis rendu à l’évidence, tout est bon mais l’éclairage est nul.
J’ai donc commencé par surfer sur le net et il ne m’a pas fallu longtemps pour rencontrer le T5 ...Ola ! qui c’est celui la ???
Ensuite, visite des magasins d’aquariophilie. Ce fut le flou total n’ayons pas peur des mots, certains m’ont dit que cela n’existait pas et des magasins, j’en ai visités des dizaines, je n’ai jamais eu un catalogue sur ce genre d’éclairage. C’est logique puisque, à leurs yeux, cela n’existe pas.
Enfin bref, là n’est pas le but. En désespoir de cause, je rends une petite visite au dernier établissement que je connaissais et là, miracle, T5 existe en tubes et en rampes suspendues, exposées en veux-tu en voilà et de toutes les couleurs en plus, à croire que c’était une réunion de famille.
Je m’adresse timidement au vendeur de l’établissement et là, ce fut le bonheur le plus total : oui, le brave homme les connaissait tous (je parle bien évidemment du fameux éclairage T5) à croire que c’est lui qui les avait inventés car j’ai eu droit à des explications phénoménales, des remises de prix, des conseils en rapport avec mes besoins, des exemples sur catalogue, … tiens donc.
De retour à la maison, je fis une analyse critique de mes installations. Il est vrai que mon matériel n’était pas neuf non plus mais après réflexion, je me suis dit qu’il fallait tout changer pour arriver à un bon résultat.
J’ai donc décidé une grosse réfection de mon bac de 500l.
Le choix des marques citées n’est pas dans un but publicitaire ou de dénigrement des autres mais un choix ou un goût personnel et n’engage que moi.
En route pour le démontage complet.

1. Transformation et amélioration du circuit électrique

Ayant plusieurs appareils à connecter, mon installation précédente ne répondait plus à une bonne sécurité. J’ai donc décidé que chaque appareil aurait sa connexion propre et plus des raccordements sur des multiprises, toujours un peu limite en matière de sécurité d’autant plus que les miennes posaient à même le bac sur les glaces de couverture.
Donc j’ai transformé tous cela et en encastrant dix prises dans le mur de lambris à l’arrière de l’aquarium.

2. Transformation du bac cuve fermée pour une cuve ouverte

Depuis toujours les travaux d’entretien sont compliqués à cause du renfort central. Dans ce bac, celui-ci ne m’ennuiera plus car il n’est plus là. En effet, j’ai remplacé ce renfort central et les autres de coté par des renforts sur la longueur et la largeur. La cuve est maintenant accessible de partout , la plantation est beaucoup plus facile ainsi que l’entretien général.
La cuve ayant comme dimensions 1.50x0.70x0.50 j’ai utilisé des renforts de 4 cm de large sur 1cm d’épaisseur le tout doublé et collé entre eux sur la longueur et la largeur .

   Vue de la transformation en cuve ouverte avec les renforts
  

3. Transformation de la filtration

La filtration est une filtration par des mousses dans un filtre extérieur au bac, composé de trois compartiments. L’eau arrive dans le premier par le système de siphon, compartiment servant de décanteur, équipé entre autre par du Siporax, de l’ouate de perlon et du Clean Water sachet d’argile masses filtrantes. Par débordement, l’eau remplit les autres compartiments équipés de deux mousses puis est rejetée dans le bac par une pompe de 1300 l/h.

   
 Placement du siphon et du filtre ainsi que du
premier chauffage
Le filtre en place
   
Les tuyaux du typhon ont été augmentés à 40mm au lieu de 32mm. La capacité du filtre est de 56 litres comme auparavant.
J’y ai mis un chauffage de 300w au lieu des deux dans la cuve et un petit diffuseur d’air y fera bientôt sont apparition.

4. Transformation de l’éclairage

La pénombre régnait en maître.
Le tube magique arriva et la lumière fut
Nous y voilà . Ce fut la transformation la plus importante car j’ai remplacé les deux tubes de 36watts
1x10000°kelvin
1x4900° kelvin
Je suis passé à quatre tubes 80watts T5
2x6500°kelvin rose genre grolux
2x10000°kelvin blanc type daylight
Quelle ambiance ! Cela n’a plus rien à voir avec le passé, esthétiquement, il s’agit d’une rampe suspendue par cable réglable en hauteur, avec une belle armature noire satinée équipée de ventilateurs discrets et de deux circuits électriques très pratiques pour une programmation séparée afin de créer des effets de lever, coucher de soleil et des périodes de lumière du jour. J’ai choisi pour cette option Aquastarlight de chez Aquamédic. C’est vrai que l’investissement est important (prix de départ 458.00euros) Ce n’est pas rien je vous l’accorde mais avec le petit bonni du vendeur cela me coûte 366.40 euros. Ce n’est pas demain que je vais changer non plus. La consommation me direz vous, oui, mais si je me réfère aux constatations faites dans un Aquafauna précédent il est clair que les T5 consomment moins que les T8. Même si j’ai 320watts cela reste avantageux dans mon cas.
Au départ, lors de mon surf sur le net, j’avais vu des rampes suspendues magnifiques au point de vue esthétique et fonctionnalité équipées en plus de HQI mais on me les déconseillait en eau douce. Le problème des algues serait difficile à gérer. 
 
   
 Eclairage vu du dessous  Le tuyau vert collé à la vitre à gauche permet au
cable chauffant de sortir sans le blesser Sortie
 des cables
  J’ai aussi pensé aux HQI mais je n’aime pas la couleur de la lumière trop jaune à mon goût d’où mon choix vers le T5 et franchement à l’heure ou j’écris ces lignes je ne le regrette pas, mes plantes poussent beaucoup mieux et sont plus belles et le mot est faible. Il faut dire aussi que d’autres facteurs entrent en ligne de compte, et si les avis sont parfois mitigés, moi je vois la différence et elle est énorme. Voir la suite les explications et le motif de cette réussite actuelle.


5. Transformation du décor

Après la remise en place du bac je me suis amusé à garnir la vitre arrière du bac de pierre de lave Quand je dis amusé ce n’est pas tout à fait cela car il s’agit de couper des morceaux puis les coller les uns à coté des autres pour qu’au final cela ressemble à quelque chose. C’est un vrai travail, mais je ne me plains pas car c’est une véritable passion pour moi. Cela m’a pris deux jours presque entiers mais enfin le résultat est beau et me convient parfaitement. N’est-ce pas le but recherché finalement ?

   
Autre vue des renforts début du collage des
pierres de lave sur la vitre arrière
Une première et fine couche d'engrais est placée
sur le cable chauffant
   
6. Transformation et modification de la composition du sol

Pour le sol, après avoir surfé énormément sur le net, j’ai fait un essai dans un de mes autres bacs où ce fut très concluant. J’ai donc décidé de faire celui-ci de la même façon mais en cherchant encore à l’améliorer. J’ai commencé par placer un chauffage de sol, le JBL pro temp basis 250 qui m’à coûté environ 70.00 euros programmé afin qu’il fonctionne un quart d’heure toutes les heures de 10 heures le matin jusque 22heures le soir. Pourquoi le chauffage de sol ? Il provoque un léger courant de convection dans le sol ce qui assure un échange des substances nutritives dans l’aquarium. Les racines, du fait de la légère chaleur dégagée, sont constamment en contact avec un apport de nourriture et le fond du sol se transforme en véritable filtre biologique.
Ensuite j’ai recouvert ce cable chauffant d’engrais JBL aquabasis plus (2 cm environ) , contenant tous les éléments nutritifs nécessaires au bon démarrage de la plantation (3sacs de 6kg). Avec l’apport d’un peu de tourbe, j’ai recouvert le tout avec de l’Aqualit produit bien connu de tous(15kgs) puis j’ai placé un treillis en nylon sur la surface afin de maintenir le tout et éviter que l’Aqualit ne remonte et se mélange au substrat de surface, effet visuel désastreux à mon goût et néfaste dans certains cas.
J’ai recouvert le tout avec du sable de Loire (4sacs de 6 kg).
 
Un treillis en nylon empêche l'Aqualit de remonter
en surface
Cette fois, c'est une couche de sable de la Loire
   

J’ai la commencé la structure du décor de fond puis tassé le mélange et préparé les roches et les racines aux endroits choisis puis j’ai recouvert d’un sable noir fin granulométrie 1à 2 mm. Lorsque cela fut prêt, j’ai commencé à remplir avec un peu d’eau afin que tout s’imprègne bien pendant 24 heures. Ce délai passé, j’ai bien tassé le tout afin de faire sortir les bulles d’air encore emprisonnées.
Et enfin, pour apporter un touche d’exotisme sensationnelle, j’ai recouvert ce substrat d’un cm et demi environ de Volcanit de chez Aquamédic. C’est un gravier d’origine volcanique mélangé à 10% de
Ferrolit, un engrais enrichi au fer et dérivé du latérite. Les petits grains noirs, rouges et gris bleu mettent superbement la beauté des plantes et la couleur des poissons en évidence.


7. Transformation diffusion de CO2

J’étais déjà équipé d’un appareillage de CO2, comme dans mes autres bacs, mais afin d’améliorer la diffusion dans celui-ci j’ai ajouté une extension au réacteur ce qui rallonge la surface de contact de l’eau d’environ 50 cm ce qui fait que maintenant la longueur de contact d’une bulle de gaz correspond à 1m50 environ améliorant nettement la dissolution dans l’eau. Le système est un JBL proflora CO2 profil3 équipé d’un électrovanne qui coupe l’arrivée de gaz lors de l’extinction du dernier éclairage. La mise en route se fait lors du premier éclairage.

Le réacteur CO2, la partie pus claire dans le fond, c’est le nouveau module
On voit aussi le Volcanit qui recouvre le fond Le décor est en place, reste la mise sous eau
et les derniers réglages

Placement d’une couche d’engrais jbl Aquabasplus
suivie d’une couche d’Aqualit.
Réacteur CO2 La partie claire du fond est le
nouveau réacteur
   
Voilà, après ce gros œuvre il ne me restait plus qu’à remplir la cuve et brancher tout cet appareillage très technique. J’avais envie de me faire plaisir, il y a maintenant environ trois semaines qu’il est en route et je suis bien obligé de constater que cela n’a plus rien à voir avec ce que j’avais avant, les plantes se développent beaucoup mieux, leur structure même est différentes, les couleurs sont resplendissantes et la photosynthèse se fait parfaitement.
Il faut voir maintenant l’évolution avec le temps mais je pense qu’en faisant des changements d’eau réguliers en apportant les engrais nécessaires en temps et en quantité voulue, cela ne devrait pas créer de problème, d’autant plus qu’avec mon amie lumière T5 nous veillerons au grain ... cela va de soi.
J’allais oublier, j’ai prévu une petite lampe lunaire qui fera bientôt son apparition. Il s’agit d’une petite lumière (led bleue) qui s’allumera quelques instants avant l’extinction des derniers tubes donnant un effet lune la nuit et s’éteignant à l’aube.
 
   
 La plantation, voyez les effets couleurs du gravier  Mise en route, filtration et accessoires
   
3 semaines après la mise en route
   
Quel effet ! Comme on se sent bien, ici !
   

Le seul petit inconvénient de cette cuve ouverte est l’évaporation. A moins de couvrir l’aquarium, je ne vois pas de solution, mais cela n’a pas l’air trop gênant dans un premier temps, la circulation d’eau à l’intérieur de la cuve doit être bonne car je n’ai pas actuellement le film gras tant redouté dans le cas d’une cuve ouverte, et l’eau y est cristalline. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant de l’évolution du bac dans un prochain article ou si cela vous intéresse, je peux vous renseigner sur différents points de ce bac technique. Soit au club ou si vous le souhaitez sur Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .
Il y aura dans quelques mois des photos concernant cette grande réfection, nous découvrirons ensemble l’évolution des plantes, des décors … et de l’équilibre de l’aquarium, en général.
J’espère avoir été le plus complet possible et vous souhaite autant de plaisir que moi à pratiquer ce merveilleux hobby qu’est l’aquariophilie.

                                                                                               SCHAAR VIKTOR
                                                                                             DU CLUB PRISTELLA


Ce site n'utilise pas de cookies spécifiques, mais un code google analytics est présent dans chacune de ses pages.